• Chêne Liège...par mon fils aîné.

     

    Chêne Liège

    par Sébastien Boseret, jeudi 6 novembre 2008, 23:31 ·

    Adossé à un chêne liège, je descendais quelques arpèges par un après-midi pluvieux... ne sont que les premiers mots d'une chanson qui devient un top dans le répertoire de Francis Cabrel.

    La première écoute de cette chanson ne donne pas de frisson, n'ouvre aucune porte, ne répond à aucune question. Mais quand la vie de tous les jours vous fait passer à travers les mailles d'un filet coupant, ces quelques paroles de chanson deviennent rapidement une vérité trop brusque.

    Dans le monde commun, beaucoup de gens sont sans le savoir des croyants incertains ou des croyants cachés. N'avez vous jamais entendu l'un de vos amis proches jurer qu'il ne crois en rien et puis devant la roue de la loterie, prier un Dieu quelconque pour qu'il pense à lui.

    L'optique contraire est malgré tout similaire. Beaucoup de croyant, sans réponse dans l'épreuve, préfère oublier le temps passé à prier et classer l'événement dans le dossier du destin.

    La chanson de ce chère Francis, pose ouvertement et simplement les questions que ce posent chacun d'eux.

    Effectivement, beaucoup d'évenements, d'épreuves, sont pour le commun des mortels, impensable si Dieu existe. Mais que faut il faire pour mériter un peu de suivit de sa part.

    Vous vivez votre vie, honnête, travailleur, vous êtes croyant sans être pratiquant et persuadé que le destin n'est pas le seul à décider. Les yeux au ciel, les mains jointes, un signe de croix, ne sont pas quotidiens mais des gestes de coeur.

    Puis un jour, vous êtes devant l'addition d'un repas non commandé. Ce qui devait être un merci mon dieu, aussi bénin et innocent qu'il puisse être, devient un "pourquoi tu permets cela". Mais la encore, votre formation, vos archives de la vie, vous font prendre une décision et ce toujours en espérant qu'il vous a aidé à prendre la bonne.

    On n'est pas toujours conscient de ces choses que l'on soit croyant ou pas. Mais une fois le coup passer, vous vous isoler et passe sur votre radio préféré, cette simple chanson. Sur 3 minute 30, elle ouvre toutes les questions que vous avez en vous sans le savoir et permets de prendre conscience de notre inconscient.

    Merci Monsieur Cabrel et peut-être à Samedi soir...

     

    Magnifique texte écrit par mon fils aîné, Sébastien Boseret.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :