• Enfants différents et les différents enfants....

                                  

                                             

                                           Enfants différents et les différents enfants….

    Je voudrais ici porter une aide aux parents d’enfants « différents » et aux professeurs.

    Je ne me prends pas pour une conseillère ou un psy, mais en tant que maman, je connais le problème.

    Si vous me suivez, vous êtes au courant que j’ai un fils handicapé (hémiplégie) et un autre qui a toujours eu de gros problèmes de santé.

    Comme tous parents d’enfant ayant une différence, j’ai parfois rencontré des situations problématiques avec les autres enfants et les parents.

    Ce n’est déjà pas évident avec vos propres enfants (frère ou sœur), la famille…alors il ne faut pas s’attendre à mieux avec les relations ou « étrangers ».

    Aussi étrange que cela puisse paraître, j’ai eu plus de problèmes avec mon fils malade, qu’avec l’autre.

    Ne pas connaître, comprendre, n’est déjà pas évident face à l’ handicap, c’est encore pire pour la maladie. Le visuel est « rassurant » si l’on peut dire.

    Quand F…… (mon fils handicapé) a commencé à se rendre à l’école, il ne parlait pas. L’institutrice, pourtant au courant de son état, ne lui prêtait aucune attention particulière. Il faut reconnaître que je leur avait un peu forcé la main ! Heureusement que son grand frère était dans le même établissement. Mais ce n’est pas à un petit bout de 6 ans, de prendre soin de son jeune frère handicapé. Du moins pas à ce niveau là !

    Petit à petit, mon joyeux bambin, se refermait. Tous les efforts pour le faire évoluer, donner une vie la plus « normal » possible, s’amenuisaient. 

    Vu mon insatisfaction de l’enseignement et de la surveillance de cet établissement (école de l’état), même pour mes autres fils, je les ai inscrits à la petite école communale du village.

    Bien entendu, j’ai du réexpliquer la situation  à la directrice. Mais à ma grande joie, elle était plus que partante pour m’aider dans mon envie de faire suivre à F……, la même scolarité que ses frères.

    Elle a relevé le défi et, à encourager ses professeurs à le relever aussi.

    Au début (il n’était encore qu’en gardienne pourtant), des parents se sont interrogés sur le bien fondé de sa place,  dans la classe de leur enfant. Certains ont eu la décence de venir en discuter. Mais le plus souvent, on en parle derrière votre dos (juste assez fort pour que vous l’entendiez) et les enfants le répètent.

    C’est une situation qui, il ne faut pas l’oublier, n’est pas évidente non plus pour les autres enfants de la famille. Il  faut en tenir compte.

    Avec les institutrices et la directrice, nous avons pris la décision d’en parler en classe.

    D’abord et surtout aux enfants !

    Comme je suis sa maman et que, je n’aime pas déléguer l’éducation et le bien-être de mes enfants,  j’ai pris la parole, avec F……. Entre temps, grâce à une logopède formidable et à la télévision (vous voyez qu’elle n’a pas que de mauvais côté !!), il a appris à parler, pas aussi bien qu’un autre enfant, mais assez pour ce faire comprendre. (Aujourd’hui, j’aimerais que parfois il se taiseJ )

    J’ai expliqué, avec de simples mots, l’état de F….. Les différences entre lui et un autre enfant.

    Les enfants ont posé des questions et, nous avons répondu à toutes les demandes qui, parfois n’avaient rien à voir avec lui, mais avec des inquiétudes relatives à leur entourage. Si elle l’estimait nécessaire, l’institutrice expliquait ou rajoutait une information.

    Quand, les enfants ont eu l’air rassuré, nous avons joué un jeu proposé par la directrice :

                   Quel est ma/ta différence ?

    Les petits loups ont ainsi pu se rendre compte que nous avions tous des différences, qui peuvent parfois être « un problème » aux yeux des autres. Ils ont pris l’habitude d’interroger plutôt que d’inventer, s’inquiéter…

    Quelque temps après, lors de rencontre avec les parents, beaucoup ont apprécié la présence de F…… dans l’école.

    A la fin de l’année scolaire, les institutrices et quelques parents, m’ont affirmé que mon fils avait apporté beaucoup dans l’éducation des élèves ! Ils étaient plus respectueux, plus à l‘écoute…

    Il est vrai, et je les en remercie, que j’ai eu la chance de rencontrer un corps enseignant plus que motivé. Ce n’est pas toujours le cas !

    Pour A……, mon dernier, j’ai proposé à l’école de faire la même chose. C’est encore plus important, pour un enfant malade. Ce n’est pas marqué sur son front, ce n’est pas « visible » comme pour un handicap. Pour un gamin, c’est plus difficile à comprendre.

    Il faut bien leur faire admettre que le fait de rester à la maison, à l’hôpital, ce n’est pas une chance, encore moins des vacances ! Surtout continuer la relation avec l’école, même et surtout lors de longues absences. Aller chercher, rapporter les devoirs montrent aux enfants l’importance de l’école, aussi bien à l’enfant malade, qu’aux autres élèves. Il faut toujours essayer de garder un maximum de continuité dans la vie du petit malade. Les droits, les devoirs, les relations….doivent rester une priorité.

    Nos enfants « différents » ont un besoin supérieur, d’attention, de tendresse…qu’un autre enfant.

    Mais il doit rester un enfant comme les autres, il DOIT avoir les mêmes devoirs. C’est essentiel pour son moral, pour garder sa place dans la société et la famille.  Ne pas en faire un « dieu » face aux autres, surtout sa propre famille. Vos enfants font un tout, où il doit garder sa place, ses devoirs, ses droits. Ainsi vos enfants s’épanouiront également.

    Quand on a un enfant « différent », toute la vie doit être adaptée à ses besoins physiques, morale…

    Chaque un de ces enfants a des besoins, des possibilités qui doivent être intégrés dans la vie familiale et sociale. Pour l’enfant ayant de gros problème de santé, la difficulté est de résister à l’envie de tout faire pour son bonheur, son bien-être… Combien de parents m’ont interpellé sur ma façon de gérer la vie de mon fils. Certains m’ont même dit que si, il était à ma place, il laisserait l’enfant tout faire puisque de toute façon les médecins n’étaient pas confiant sur son avenir.

    J’aurais pu faire ce choix, mais cela n’aurait pas été juste envers les autres et surtout lui !! Le but est de se battre, pas de baisser les bras !! Pourtant cela aurait été bien plus facile !

    Heureusement que je n’ai pas fait ce choix car, A…… est toujours là. Il continue de se battre, il a fait des études, il s’est marié et sera (si tout va bien) papa, au mois de mai !!

    Celui qui ne traverse pas ce genre de situation, ne peut s’imaginer ce que l’on vit. Parfois même votre famille vous tourne le dos.

    C’est pour cela qu’il important de l’expliquer aux enfants !

    Les enfants sont cruels, le plus souvent par incompréhension, peur, jalousie,  imitation…

    C’est à nous, de leur apporté la réponse. Un enfant rassuré, fera un adulte plus ouvert vers l’autre, vers  la différence !

    Pour cela, vous ne devez pas désinformer votre enfant. F…… et A…… ont toujours été au courant de leur état. Evidement, j’ai toujours été présente et j’ai toujours assumé la situation.

    Mais, ce sont eux qui s’occupaient de leur papier, de leur dossier…

    Je veux dire par là, qu’ils donnaient les papiers aux accueils, aux infirmières, médecins…rien ne leur a été cachés. Nous (médecins et moi-même) avons expliqué la réalité de la situation, jamais de mensonge. A mes autres enfants non plus ! Ils ont eu la possibilité de poser toutes les questions. Combien d’enfant hurle parce qu’on lui a fait croire qu’il n’aura pas mal, alors que l’on sait pertinemment que oui ! Il ne doit surtout pas perdre confiance en vous ! Ne cherchez pas à vous rassurer en lui mentant !

    Il est plus facile d’affronter une situation que l’on connaît, que l’on comprend !

    Si l’enfant « différent » s’accepte, il acceptera plus facilement SA différence face aux autres et aura plus facile à la faire accepter et à gérer les réactions.

    Je n’ai pas dit que cela était facile et toujours réalisable ! Parfois une situation, une personne n’est pas gérable.

    Je préfère une personne qui regarde franchement mon F…… ou pose des questions, que ces personnes qui vous regardent de biais, parlent tout bas avec un air dédaigneux ! Le plus douloureux, c’est les parents qui détournent les enfants, au lieu de leur expliquer !

    Vous les adultes, vous DEVEZ  montrer l’exemple à vos enfants. Ne vous permettez pas de jugements, de réflexions envers les parents de ces « enfants différents ».  Vous ne vous imaginez pas ce que l’on vit socialement, physiquement, moralement, pécuniairement…C’est un combat de tous les instants !

    Un jour, et je ne le souhaite même pas à mon pire ennemi, ce sera vous ou l’un des vôtres !! La maladie et l’accident n’épargnent personne…malheureusement 

    Mais bon, c’est mon avis…

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :