• Le naufragé des souvenirs...(nouvelle)

         Pour un concours je me suis essayée à écrire une nouvelle. Cela m'a tellement plu, que ma plume s'est envolé et...Le texte ne correspond pas aux exigences du concours. 

    Donc le voici ici...

                                

                                                                    

                           Le naufragé des souvenirs…

    Il est là, il la regarde assis sur ce banc, comme tous les jours depuis une semaine. Il admire sa vitalité, sa beauté, sa joie de vivre….comme tous les enfants heureux. C’est sa fille, elle a quatre ans, elle est magnifique mais…

    Elle ne le sait pas ! Personne ne sait qu’il existe ! Tout le monde le croit mort… Même lui l’a cru !

    Lors de ce naufrage, le moindre de ses souvenirs s’était noyé. Dans les larmes, sa famille et ses amis avaient noyé les leurs.

     

    Quand il s’était réveillé après l’accident, sur cette plage, il ne se souvenait de rien… Même son existence lui semblait étrange ! Son seul souvenir, c’est cette sensation bizarre de chute, de froideur, d’eau…

     

    Il  partit à la découverte de l’endroit, une petite île de vacances sûrement, et  trouva une maison plus que confortable. Un endroit de vacances pour l’un ou l’autre bien nanti. Par chance, il y a tout le nécessaire pour qu’il puisse se refaire une santé.  Vu l’état général de l’endroit,  une réserve plus que bien fournie, une chambre froide digne des plus grands restaurants…Des personnes finiraient bien par venir le libérer de cette prison dorée.

    Le temps passait pour notre robinson, d’une façon dont beaucoup aurait peu lui envier, si seulement ces cauchemars dans lesquels il se noyait, ne le réveillaient alors, glacé et perdu !

    Ces « vacances », quoique forcées, auraient pu lui sembler idylliques, si seulement il se souvenait…

    Qui, comment, pourquoi, où ??? Ces questions le taraudent, jour après jour !

    Enfin, un bateau accosta au petit ponton…

    Autant la joie, que la peur de voir d’autres humains l’animent. Comment vont-ils réagir en le voyant ?

    Mais il a trop envie de parler, enfin, à quelqu’un ! Alors, il se rend à leur rencontre…

    -  Bonjour, lance-t-il !! 

    Mais vu leur étonnement, il se demande s’il ne devrait pas fuir au plus vite, en remarquant que deux d’entre eux sont armés !

    Lorsque, tout à coup, une des femmes du groupe lui répond avec un accent plus que prononcé, à son accueil.

    Elle lui explique qu’ils sont l’avant-garde du personnel des personnes possédant la propriété, qu’ils viennent pour mettre tout en ordre et voir s’il faut faire venir des marchandises avant la venue des propriétaires.

    Autour d’un repas préparé par la cuisinière hors pair des propriétaires, il leur explique sa situation.

    Comme, un peu de sa faute d’ailleurs, il faudra refaire le stock de marchandises, il partira avec le jeune homme chargé de cette mission.

    Enfin, il va revoir la civilisation….Heureux peut-être, mais surtout inquiet ! Que va-t-il se passer, une fois là-bas ? Comment va-t-il faire ?

    Aidant et discutant avec la femme qui parle français, il apprend qu’il est tout près du Japon, sur une petite île qui appartient à un magnat du pétrole et qu’il n’est heureusement pas tombé sur lui car il n’aime pas du tout les étrangers.

    Le lendemain, après une nuit blanche passée à réfléchir sur son devenir, il embarque vers cette civilisation dont il ne se souvient pas.

    Une fois sur le bateau, une étrange peur l’envahit. Il a l’impression de tomber, il a si froid !!

    Le pauvre garçon qui l’accompagne, ne le comprenant pas,  finit par l’assommer !

    Quand il reprend conscience, il est à terre, et une foule de personnes le regardent, posant mille et une questions dans une langue aussi étrange que son état d’amnésie !

    La tête lui tourne, il a envie de fuir…Mais cette foule semble l’emprisonner !

    Il remarque alors le jeune homme qui l’a conduit ici. Il parle avec une personne qui semble s’intéresser à lui. L’homme s’approche…et dans un parfais français, après s’être présenté, lui demande de s’expliquer.

    Alors il raconte le peu dont il se souvient : l’impression de tomber, le froid, l’eau et… son arrivée sur la petite île.

    L’homme l’invite à le suivre chez lui, promettant de l’aider. N’ayant d’autre choix, il accepte. Et puis, il pourra enfin parler avec quelqu’un qui le comprend. Peut-être que cela permettra à sa mémoire d’avoir le déclic salvateur !

    Décidément, il a la chance de tomber sur des endroits magnifiques, car l’homme habite une propriété digne d’un noble ; peut-être un peu effrayante, avec toutes ses grilles, caméras, gardes…

    Mais son nouvel ami lui explique qu’ici, il est nécessaire de se protéger d’une criminalité importante.

    Que peut-il faire d’autre que de le croire ? De toute façon, tout lui semble si étrange, que parfois, il se dit qu’il doit venir d’une autre planète ! Si seulement il pouvait se souvenir…

    On l’installe dans une chambre plus que confortable, l’invitant à se rafraîchir et se reposer avant le repas. La femme de chambre lui précise que d’ici une heure, on lui apportera tout ce qui lui est nécessaire.

    Une bonne douche… S’étendre sur le lit… Essayer de se souvenir… Rien… Toujours rien !!

    Au repas, il rencontre le reste de la maisonnée. La maîtresse de maison l’accueille chaleureusement, pourtant il ressent comme une gêne, peut-être même de la peur !

    L’enfant, elle le reçoit comme s’il faisait partie de la maison depuis toujours. Elle lui saute dans les bras et l’embrasse fort sur la joue. Toute l’innocence d’un enfant de 3 ans.

    Une sensation qu’il semble connaître ! Il voudrait qu’elle s’éternise, jusqu’aux retrouvailles de ses souvenirs !!

    Mais l’homme qui l’a amené ici, entre… et une froideur s’installe autour de cette table. Il a presque l’impression d’être dans un de ses cauchemars !

    Le repas se déroule entre silences, questions et rires d’enfant (que le père finit par confier à la nounou.)

    Pour le café, l’homme l’invite à le rejoindre dans son bureau où se trouve toute une installation internet de dernier cri. Le maître de maison l’invite à s’installer dans un fauteuil face à lui, le prend en photo, lui certifiant que grâce aux plateformes sociales, on va bien finir par trouver son identité.

    Enfin, un espoir !! Si seulement il savait….

    Les jours passent entre espoirs et désespoirs. Régulièrement, l’homme lui annonce un espoir de réponse, pour à chaque fois le renier.

    Il y a pourtant des moments où il a l’impression qu’un souvenir essaye de se frayer un passage….

    Un étrange sentiment de connaissance, de déjà vu, à chaque fois qu’il se trouve en compagnie de la petite fille. Ses rires, ses jeux, ses pleurs, exaltent en lui cette sensation de déjà vu !!

    Il y a pourtant une chose qui l’intrigue. L’épouse de son protecteur a toujours l’air sur la défensive. Parfois elle le regarde avec une telle tristesse, qu’il se retient de la prendre dans les bras !

    Un jour, étant attendu par son « ami », il entre dans son bureau... L’ordinateur est allumé et il lui semble entrevoir un article à son sujet, juste avant que son « ami » reclape l’écran.

    Mais son logeur lui annonce qu’il est désolé, qu’il croyait avoir trouvé des renseignements, mais que non ! Encore une fausse piste.

    Déçu, il se rend dans les jardins où la petite joue, espérant trouver auprès d’elle, un peu de réconfort.

    Comme d’habitude, lorsque l’enfant est dehors, les gardes ne sont jamais loin ! Il trouve toujours cela étrange, les alentours semblent pourtant calmes. On n’entend pratiquement jamais de sirène. Hors, s’il y avait des heurts, des vols…on devrait entendre la police !?

    La petite qui l’a vu, comme à son habitude, lui saute dans les bras. Comme à chaque fois, ce sentiment de tendresse connue, l’envahit.

    Déposant la petite pour qu’elle puisse retourner à ses jeux, il s’assoit auprès de la mère pour discuter un peu avec elle. Remarquant que les gardes ne la surveillent pas spécialement, tout en faisant semblant de parler à la petite qui s’est approchée,  elle profite pour lui révéler que son mari à trouver son identité. Il s’appelle Jérémy Tallin, il est journaliste, il a disparu lors du naufrage du bateau sur lequel il se rendait ici, au Japon, pour faire un article sur un négociant en armes que l’on soupçonnait  de fournir des mercenaires. C’était pour cela que son mari lui faisait croire qu’il n’y avait aucune information à son sujet, qu’il était prisonnier et que tant qu’il ne retrouvait pas la mémoire il serait en sécurité. Elle lui dit qu’il fallait qu’il trouve le moyen de partir !

    Partir ! Oui, mais où ? Jérémy Tallin…son nom ! Oui mais, cela ne lui disait rien, ce nom lui semblait étranger…Si seulement il pouvait se souvenir !!

    Par chance, l’occasion de partir se présenta en la personne d’un moine. Le monastère avait brûlé en partie et il faisait le tour des riches propriétaires, espérant  percevoir de l’argent pour pouvoir reconstruire.  

    Son geôlier fit un don plus que substantiel et Jérémy en profita pour proposer son aide.  Ne voyant là aucun risque, vu qu’il semblait n’avoir toujours pas retrouvé la mémoire, le négociant accepta.

    Par sécurité, il intima l’ordre à un de ses sbires de l’accompagner.

     

    Au monastère, il travailla dur, se faisant oublier. Jérémy  expliqua au moine, qui heureusement parlait français, sa situation. Il promit de lui fournir toute l’aide possible.

    Vu l’ampleur de la tâche, l’homme de main ne pouvait le surveiller correctement. Il réussit à lui fausser compagnie au bout de quelques jours.  Le moine lui indiqua où se rendre pour pouvoir être à l’abri et recevoir toute l’aide nécessaire pour retrouver son identité et  retourner chez lui.

    Quand le sbire remarqua son absence, il était déjà à l’abri, à l’ambassade de France. Là, enfin, il trouva tous les renseignements sur son identité. Mais pas sa mémoire !!

    Il avait 37 ans, était marié depuis 6 ans à Naya Noumis, 36 ans. Ils avaient une petite fille Maélyne, âgée aujourd’hui de 4 ans. Ils habitaient Brest. Il était journaliste international, aux éditions « L’Univers ».

    Génial !! Si seulement il pouvait se souvenir…

    A l’ambassade, sous protection, on le fit rentrer en France. Et voilà, il était là… Il regardait SA fille.

    Les personnes s’occupant de son cas, lui ont fourni tous les renseignements : les photos de son épouse, de sa petite, où il habite…

     

    Depuis une semaine, il vient s’installer là, la regarder jouer, espérant retrouver ses souvenirs ! Son cœur lui se souvient, à chaque fois il s’émeut, une tendresse infinie l’ébranle…

    Hier, c’était hier, qu’il avait retrouvé une parcelle de ses souvenirs… Maélyne courut après son ballon et… faillit se faire renverser ! Il bondit, terrorisé à l’idée de perdre  à nouveau sa fille. Mais… il s’effondra sur place.

    Quand il reprit connaissance, il était assis sur le banc, une vieille dame le regardant, inquiète.

    Elle le rassura au sujet de la petite fille et l’invita à venir manger un morceau chez elle, pour se remettre de ses émotions et essayer de calmer le mal de tête qui le taraudait. C’est en discutant avec la vieille dame que les souvenirs revinrent petit à petit.

    De retour dans sa chambre d’hôtel, il en avait retrouvés une grande partie.  Il lui restait à trouver comment rentrer en contact avec sa famille.

    C’est donc là, sur ce banc, qu’aujourd’hui, il regardait sa fille… Cherchant le moyen de la serrer dans ses bras, sans l’effrayer. Une chance, sa bienfaitrice de la veille, le lui avait certifié : son épouse n’avait personne dans sa vie.

    Le temps passait, bientôt la petite rentrerait chez elle et il n’avait pas encore pris contact avec elle. Si seulement c’était son épouse qui venait récupérer l’enfant à la garderie !

    Lorsqu’ une personne l’interpelle….

                        - Jérémy, Jérémy, c’est…c’est toi ??? 

    Il se retourne… Elle est là… Elle le regarde…

    Il ouvre les bras, elle s’y blottit…

                       - Vivant, tu es vivant !! 

    Mais de l’autre côté de la rue, de la plaine de jeux, la petite fille a vu le manège…

    Elle appelle sa mère, inquiète…

    Ensemble, ils se dirigent vers Maélyne…

                      - Ce n’est rien ma puce, Papa est rentré ! 

    Fabienne Vereecken


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :