• Une interview sur "L\'Ouvreur.com"

    J'ai eu la chance d'être interviewée par Amandine Labansat. Un plaisir de répondre à des questions pertinentes.

    Je vous invite à découvrir l'interview , sa page Fb (https://www.facebook.com/louvreur.webzine?ref=ts&fref=ts )

    louvreur.com
    Première partie de notre triptyque sur la littérature enfantine. Nous avons posé quelques questions à Fabienne Vereecken, conteuse, qui nous raconte les joies et les difficultés à écrire pour un pu...
     
    Merci encore pour l'intérêt que vous avez porté à mes petits personnages...
     
                    Mamy Fany,
            
                            F.Vereecken
     
    Suite à un problème de connection, le lien n'est plus valable!!! Je vous mets donc ici l'interview :
     

    Amandine,

    Tout d’abord, je voudrais vous remercier pour l’intérêt que vous portez à mes petits personnages et moi-même.

    Alors voici mes réponses…Vous pourrez  remarquer que je suis très bavarde et encore j’ai essayé de faire cour ! lol

    L’enfance est pour moi, un sujet intarissable ! J’espère avoir répondu à votre attente.

    Réponses :

    ·        Comment définissez-vous votre profession ? Comment êtes-vous arrivée à ce métier ?

     

    Pour beaucoup de personnes, je ne suis pas simplement un auteur mais, une conteuse. Personnellement, je trouve que le terme de raconteuse est plus exact. J’écris , comme je  raconte. C’est enfant que j’ai pris l’habitude de raconter des histoires, pour ma plus jeune sœur qui n’arrivait pas à dormir. Et comme j’ai plus facile à m’exprimer sur la feuille, les écrire est devenu naturel. Si je suis éditée, c’est par réponse au défi de ma première petite-fille. Elle adore que je lui lise ou invente des histoires. Agée de 4 ans, elle m’a dit  « Ce n’est pas juste !! Les autres enfants n’ont pas tes histoires… ». J’ai voulu lui faire plaisir et…Voilà « Allez Mamy raconte » est né !

    ·        Pourquoi écrire des histoires pour enfants ? Pourquoi des dessins à colorier ?

    J’aime écrire, c’est un besoin. Tout est prétexte : donner mon avis, exprimez mes sentiments…Mais mon sujet préféré c’est le monde de l’enfance. Ecrire des histoires pour les enfants est…je dirais naturel. Peut-être parce que je n’ai jamais vraiment quitté l’enfance. J’ai toujours un bon contact avec eux, car je ne les prends jamais pour de petits ignorants. Je les respecte dans leur enfance.

    Je veux par mon écrit, leur donner envie de lire. Les faire découvrir le monde magique des mots, leur musique.

    Je fais souvent ce parallèle entre la lecture et la musique. Pour le tout petit, peu importe le livre, c’est la musique des mots qui est importante. La lecture, comme la musique doit être un plaisir, pas obligatoirement un moyen d’instruction, d’éducation…C’est un moment de tendresse, de complicité, de partage…

    Dans la même optique, avec mon éditeur, nous avons décidé de donner la mission aux enfants de personnaliser leur livre. Leur montrer que la lecture est un plaisir, mais qu’ils doivent comprendre ce qu’ils ont lu ou écouté, pour pouvoir réaliser leur coloriage. Mes dessins sont simples mais, pas benêts ; de plus ils sont assez dépouiller pour qu’ils puisent le compléter d’après la lecture et en faire leur dessin !

    La lecture les amène au coloriage et l’inverse !

     

    ·        Quelles sont les spécificités de ce type d'écriture, en comparaison à la littérature dite « classique » ?

    Comme je « raconte », l’enfant est interpellé. La lecture est plus « vivante » surtout que j’essaye au maximum de parler (écrire) au présent. C’est plus « léger » pour lui. Je ne le prends jamais pour un ignorant. Il y a de petites leçons, comme dans toutes histoires, mais elles coulent de source ; elles ne sont pas imposées. J’évite les répétitions en usant des synonymes, un bon moyen d’apprendre un maximum de mots. Des histoires de tous les jours, de la vie réelle ou imaginaire…le monde de l’enfance, mais surtout de l’enfant !

    La littérature « classique » est souvent lourde, pénible à lire pour un enfant et beaucoup trop moraliste et/ou éducative. C’est le monde de l’enfance vu par les adultes, avec des messages à faire passer, surtout pour les plus jeunes. L’enfance n’est pas un monde merveilleux ! Il y a des joies, des peurs, des peines…Dans la littérature classique, on a trop tendance à rester sur les mêmes basses : le prince qui sauve la princesse- la pauvre petite fille qui va être sauvée-tout est bien qui fini bien- être éduquer par la lecture…

    N’oublions pas que les contes ont été écrits à l’origine pour les adultes ! C’est Disney qui les a adaptés pour les enfants.

    Il est temps de penser à une vraie littérature pour les plus jeunes (de 0 à 8/10 ans), sortit de cendrillon, lac des cygnes et autres, mixés et remixés !! Et surtout de tout ces livres, magnifiques en décor je l’admets, qui explique à l’enfant qu’il doit être propre, gentil, aller  l’école…ce que l’on lui rabâche à longueur de temps. Surtout quand on voit qu’on les compare à toutes sortes de personnages : la tortue, l’hippopotame…en passant par la girafe et je ne sais pas quoi d’autre ! Pas facile pour l’enfant de s’identifier.

    Je ne les renie pas. Pour beaucoup, ils sont la base de la littérature enfantine. Et l’essentiel est la lecture et son moment de tendresse.

    Seulement, elle est plus proche du désir, du plaisir des adultes, pas de l’enfant.

    ·        S'adresser aux enfants est un exercice particulier ; comment faites-vous pour mettre de côté votre part adulte et pour être comprise des plus petits ?

    J’ai un avantage, comme je l’ai dit plus haut, je n’ai jamais vraiment quitté l’enfance. Les enfants sont des êtres à part entière et je les respecte en tant que tel. Je reste simple, je parle- pardon, j’écris- au temps présent, un temps que les enfants intègrent plus facilement. Le temps présent est plus naturel. Je pose des questions, écoute les réponses, comme si l’enfant entendait l’histoire en direct. Une histoire n’a pas d’âge, on a plaisir à la lire, peu importe que ce soit à 2 ans ou  10 ans.

    La preuve, nous choisissons- lisons d’après nos souvenirs de livres, d’histoires.

    Les « petits » n’aiment pas être pris pour des « petits ». Comme je dis souvent, souvenez-vous de votre enfance !

     

    • Quelles sont vos sources d'inspiration (auteurs, célébrités, entourage) ?

    Ma plus grande source d’inspiration, c’est La Comtesse de Ségur. J’ai toujours adoré sa façon d’aborder le monde de l’enfance. A par cette grande dame, je ne suis pas « sous influence » ( J). J’essaye justement de ne pas me laisser influencer, de sortir du carcan des autres auteurs. Pas trop difficile, vu que je ne lis que très peu de livre pour enfant !

    Sinon tout est source d’inspiration : les animaux, la nature, les enfants (surtout eux), une situation, un mot…la vie. Je ne peux pas vraiment expliquer comment naît une histoire, parfois c’est l’envie d’expliquer, de rassurer…. L’idée germe dans ma tête, parfois lors de mes promenades avec mon chien ou, je me relève la nuit…

    ·        Vous avez pour objectif de faire rêver les enfants ; quels ressorts sont les plus efficaces ? Au contraire, est-ce que certains mots, sujets ou objets sont à éviter car ils risquent d'être mal ou incompris ?

    Le plus important pour les enfants, c’est justement d’arrêter de les prendre pour des « enfants ». Pour beaucoup, le terme enfant pourrait être remplacé par « éducation ».

    Tout sujet peut-être abordé, il faut juste trouver les bons mots. C’est pourquoi, lorsque je crée une nouvelle histoire, je la relis, la réécris plusieurs fois. Pour évitez au maximum les répétitions, pour être certaine de trouver les mots justes. Il faut penser à la personne qui va lire l’histoire, mettre suffisamment de ponctuation pour rendre l’histoire la plus vivante possible. Vérifiez et revérifiez que l’enfant ne risque pas de comprendre de travers, d’en tirer de mauvaises conclusions !

     Les enfants sont souvent plus forts, plus au courant, plus réalistes…que nous le croyons. Il ne faut pas oublier que l’enfant a tendance à expérimenté, d’où l’importance du sujet, du déroulement, de la finalité (conséquence) de l’histoire.

    Le plus souvent, ce sont les adultes qui dramatisent. L’histoire doit permettre à l’enfant, de s’exprimer, d’expliquer…elle est le tremplin d’une communication. Mais surtout et avant tout, un plaisir. Nous lisons par plaisir, l’enfant aussi !

    L’essentiel est de lire, avec/pour vos enfants ! Faire de la lecture un moment de tendresse. Peu importe le livre !

    ·        Avez-vous des retours des parents ? Sont-ils également touchés par vos histoires ?

    C’est quelque chose qui m’a beaucoup étonné, mais oui, les parents apprécient mes histoires. Ils aiment leur simplicité, leur fraîcheur, leur « réalité », surtout la nouveauté. C’est eux qui le disent ( J). Ils aiment l’impression d’inventer l’histoire, lors de la lecture pour leur bout de chou. J’ai même un papa (eh oui, les papas aussi. J) qui m’a dit s’amuser à les lire et essayer différentes voix !

    Les parents sont souvent étonnés de l’intérêt des enfants. Les adultes ont en tête les histoires, contes de leur enfance. Ils apprécient la nouveauté, le dialogue qui s’installe grâce à la lecture. Ils sont étonnés de voir que les enfants aiment toutes sortes d’histoires, même celles de tous les jours. Les parents se rendent compte que  leur enfance, les faits de la journée…peuvent être un sujet d’histoire et, le moyen de communiquer, d’établir une relation avec leur progéniture.

    Beaucoup me disent que leurs enfants ont fait de gros progrès en lecture, en langage.

    La plus belle récompense que j’ai eu, c’est la maman d’un gamin autiste qui me l’a offert. Il promène mon livre (1° édit) partout. Il accepte de s’asseoir près de sa maman pour qu’elle lui lise mes histoires. C’est en pleurant que cette maman, m’a remercié pour ce progrès d’approche.

    ·        Pour un adulte, la nostalgie de l'enfance (en particulier en période de Noël !) est un ressort émotionnel fort. Vous servez-vous de vos propres souvenirs et émotions pour écrire ?

    Mes souvenirs, pas spécialement, sauf pour mes poèmes. Mais bien sûr, notre enfance a toujours une influence, elle est ancrée en nous.

    Par contre mes émotions, oui. Elles me guident beaucoup. J’ai besoin d’elles pour mettre de la vie, faire passer les émotions de mes petits personnages, à travers mes histoires.

    Je me sers de mes émotions pour trouver les mots justes.

    ·        Quels auteurs selon vous savent le mieux s'adresser aux enfants et pourquoi ?

    Pour les plus jeunes enfants, il y a beaucoup d’auteurs et je le reconnais, j’en connais peu.

    Trop d’auteurs restent toujours dans la même veine d’écriture, comme je l’ai expliqué plus haut.

    Trop voient l’enfance comme un monde merveilleux. Où tout est de « miel » ou éducatif.

    Ce qui ne m’empêche pas d’en lire à mes petits-enfants, cela fait partie de leur enfance. Je me dois de respecter leur choix (ou celui de maman ?J)

    Mais je n’oublierai pas de citer encore une fois la comtesse de Ségur, qui a su faire passer les sentiments, la petite vie des enfants, avec leurs yeux !

    Il y a aussi JK Rowling et les « Harry Potters ». Vous allez me dire que c’est pour les plus grands. Pourquoi ? Il suffit d’expliquer. Mais je la site, car elle plaît aux enfants (et aux grands) justement parce qu’elle est sortie du carcan, elle a innové. Elle raconte la vie, l’aventure d’enfants, vu du côté des enfants ! Où tout n’est pas blanc ou noir, où tout ne finit pas bien…

    Mais, je voudrais me permettre de vous parler d’une amie (non encore édité) qui a écrit un petit livre pour les plus jeunes. Une petite merveille qui justement sort du carcan habituelle. Si c’est l’histoire d’un petit ours, il vit une tout nouvelle histoire, adapté au monde d’aujourd’hui !

    C’est Alexandra le Dauphin qui a écrit « Mateli fait ses courses »

    J’ai d’autres amies auteurs (virtuelle malheureusement), mais je voulais vous parler d’elle, car Alexandra est le type même d’auteur que j’apprécie, elle innove, elle écrit pour l’enfant, pour son plaisir !

                   Quels sont les œuvres que vous trouvez « universelles »  (à savoir tout aussi féerique pour les enfants que pour les adultes) ?

    A part « Harry Potter » qui a réussi à faire l’unanimité entre parents et  enfant(s)…

    Je suis certaine que beaucoup penseront comme moi : « Le Petit Prince » de Saint Exupery.

    La part d’enfance que chacun a en soi ! Il faut juste se souvenir…

     

    Encore merci pour votre intérêt,

                                       Fabienne Vereecken


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Décembre 2012 à 15:50

    Joli petit coin enfantin.
      • Fabienne Vereecken Profil de Fabienne Vereecken
        Lundi 17 Décembre 2012 à 19:14
        Merci beaucoup, Joyeuses fêtes, Mamy Fany
    2
    Heidi
    Vendredi 21 Décembre 2012 à 18:58
    Bonsoir ma gentille Mamy Fany♥ Belle fin de journée,  bon week-end et joyeux préparatifs pour la fête de Noël, prends  bien soin de toi et si on ne se lit plus jusque-là , Joyeux Noël et plein de bonheurs pour toi et toutes les personnes que tu aimes, doux bisous

    <o:p></o:p>

      • Fabienne Vereecken Profil de Fabienne Vereecken
        Vendredi 21 Décembre 2012 à 19:04
        Bonsoir petite Heidi <3 Merci pour tes doux voeux! Je te souhaite de trouver au pied du sapin la réalisation de tout tes espoirs. Très très belles fêtes...Mes voeux sincères pour toi et tous ceux que tu aimes :) Doux bisous
    3
    Isa LISE
    Samedi 22 Décembre 2012 à 12:01
    Bravo ! :)
      • Fabienne Vereecken Profil de Fabienne Vereecken
        Samedi 22 Décembre 2012 à 15:59
        Merci Isa Lise... Joyeux Noël à toi et à ta famille :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :